L’anorexie : plus complexe qu’un simple caprice

L’anorexie… Un caprice ? Une mode ? Une envie de ressembler à des mannequins ?

Comme si c’était si simple !

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur un texte super touchant d’une jeune femme qui souffre d’anorexie depuis plusieurs années. Cette femme s’appelle Margaux.

Margaux a décidé de sortir du silence et partager son histoire dans l’espoir de montrer au monde, l’impact que peut avoir le harcèlement, mais aussi le jugement sur les personnes souffrant d’anorexie.

AFIN DE VOUS AIDER PENDANT LA PERIODE DE CONFINEMENT :

Les inscriptions au programme Libre de Manger sont exceptionnellement ouvertes !

Un programme d'accompagnement pour vous aider à vous libérer de l'obsession et des compulsions alimentaires !


Note : 10% des ventes seront reversés à la recherche du vaccin / traitement du Coronavirus

Je dirais même, sur tous jugements !

Que la personne soit maigre ou grosse ce n’est pas la question ! Chaque personne a sa propre histoire qui va au-delà du visible !

Plutôt que de juger et pointer du doigts par ce que vous voyez à l'extérieur... Demandez-vous :

Qu’est-ce qu’a vécu cette personne pour en arriver là ?
À quelles situations a-t-elle fait face ?

Il faut savoir que l’anorexie, la boulimie, l’orthorexie, l’hyperphagie ne sont pas les vrais problèmes à régler !

Ce ne sont que des symptômes d’un mal-être intérieur qui a été déclenché par une partie de l’histoire de la personne.

D’ailleurs, c’est bien pour cela que beaucoup de professionnels échouent à aider leurs patients ! Ils essayent de régler le mauvais problème, la couche superficielle qui est visible. Mais ils oublient que c’est bien plus en profondeur qu’il faut aller !

En effet, chacun à sa propre histoire, ses propres difficultés et notre corps réagit pour se protéger. Pour certains, c’est de la perte de poids, pour d’autres la prise de poids, pour d’autres encore ce sont des douleurs dans le corps, une dépression, de l’épuisement, etc. Bref, la liste est longue...

J’ai demandé si je pouvais partager ce message, car il me semble important de le diffuser à un maximum de personne ! Je laisserai juste un commentaire à la fin de cette lettre ouverte.

Je vous laisse lire et si le message vous touche, merci de le partager ! :)

« Des mots sur les maux »

Aujourd’hui j’ai décidé de m’exprimer. De mettre des mots sur la vie que je vis depuis de nombreuses années.

En écrivant ces lignes je ne veux pas que vous susciter de la pitié à mon égard : j’aimerais ‘simplement’ faire passer un message.

L’anorexie. Une maladie de l’âme. Du mental. Qui est largement méconnue par les médecins et encore trop souvent classée comme un caprice ou un désir de ressembler à une image publique (mannequin,…). Trop souvent en effet on accuse le désir des jeunes-femmes de s’identifier aux ‘critères’ de beauté que suggère notre société moderne, un corps qui corresponde aux images idylliques : minceur, minceur, régime, minceur.

C’est faux. L’anorexie. La ‘mienne’ ne vient pas de là.

Oui, je vous parle de mon ennemi invisiblement visible. L’anorexie, les troubes alimentaires que l’on qualifie de ‘mentaux’ et qui ne sont pas toujours bien perçus.

Dans mon cas ce trouble s’est progressivement installé dans mon esprit après des traumatismes. Harcèlements et agression. Des traumatismes qu’une personne hypersensible comme moi n’a pas su combattre ni trouver des ressources nécessaires pour les empêcher de me nuire.

Ce trouble est arrivé un peu après une grosse dépression.

La cause de cette dépression : les harcèlements incessants et un viol collectif.

Le seul moyen que mon corps ait trouvé pour s’auto-défendre était de devenir une plume.

Effacer toute trace de féminité. Ne plus être attirante. S’effacer. ‘Tout simplement’.

Sentiment de ne pas être à la hauteur.

Peur. Peur d’un jugement négatif d'autrui. Peur incontrôlée et incontrôlable de prendre du poids.

Combat acharné contre toute prise de poids. Peur des autres. Isolement social. Peurs irraisonnées.

Sentiment de culpabilité massif et profond. Sentiment d’inefficacité et d’incompétence. Sentiment d’être inutile. Besoin de perfectionnisme.

Perte de mon identité et de mon image du corps : la perception de moi a changé, est altérée, brouillée. Perdue ?

Ces agresseurs ont tout gagné en s’en prenant à moi.

Parce qu’en abusant de moi, ils ont aussi volé ma confiance en moi (qui était déjà très basse). Mon corps est meurtri et sali à vie. Ma personnalité, mon innocence, mon adolescence, ma santé, ma vie sociale et bien plus encore,…

Ma vie a pris un tournant que je ne revais pas quand j’étais petite.

Ma vie de jeune adulte a aussi été touchée : les problemes liés à l’anorexie m’ont amenée à être hospitalisée à plusieurs reprises dans des hôpitaux psychiatriques. Tout long de mon parcours, j’en ai vu des psychiatres et médecins ‘spécialisés’ : ils sont tous plus fous (et tordus) les uns que les autres.

Vous avez ma parole : ce n’est pas en allant dans ce genre de service que tout rentre dans l’ordre. Ces établissements vous rendent encore plus malade et vous éloignent de vos proches, alors que justement vous avez besoin d’eux pour vous sentir moins seul et soutenu.

On m’a souvent répété que je n’avais ‘pas de volonté pour sortir de cette spirale’, que je devrais ‘quand même faire un effort’. Non, c’est pas une question de volonté. Chaque personne à une sensibilité différente, je suis une personne hypersensible.

De mon côté, je n’ai pas les armes pour passer au-dessus de mon mal être intérieur, mon corps a été sali, volé, meurtri. Une agression ne dure pas que quelques minutes ou quelques heures. Elle dure toute une vie.

En écrivant ces quelques lignes je voulais simplement vous passer un message : avant de porter un jugement sur quelqu’un qui souffre, demandez-vous pourquoi cette personne est comme ça.Il y a certainement des raisons. Il y a en effet des dizaines de maladies ‘mentales’ différentes : alcoolisme, toxicomanie, mégalomanie, mytomanie, bipolarité, sociopathie…. . La liste est longue.

En conclusion, ma vie s’est arrêtée après ces abus. Je suis morte intérieurement et salie à vie.

Mon combat est maintenant de vivre. Vivre avec ce trouble qui restera chronique. Vivre avec des hauts et des bas, des idées noires. Je fais mon possible pour apaiser ma souffrance intérieure. Pas facile.

Grace à mes parents, j’ai des moments d’évasion qui me permettent d’avoir un peu plus d’estime. Le travail est long.

Désolée pour la vulgarité mais ‘ça me fais chier’ qu’à cause de personnes malveillantes, mes parents soit aussi touchés par mon quotidien.

Je remercierais jamais assez mes parents d’être aussi présents, compréhensifs face à mes difficultés, et de me donner leur amour inconditionnel.

Ce message vous est destiné. Pour mieux comprendre. Pour mieux accepter l’inacceptable. Pour mieux aider.

Si ce texte vous a parlé, n’hésitez pas à le partager.


Je voudrais tout d’abord remercier Margaux pour ce texte super courageux ! Mettre des mots et surtout dévoiler publiquement son histoire est un acte d’énorme courage. Comme je lui ai dit, si elle manquait de volonté, elle ne l’aurait pas écrit !

Si ce message vous a parlé, j’aimerais vous rappeler 2 choses :

  1. VOUS NE MANQUEZ PAS DE VOLONTÉ NI DE MOTIVATION ! Et ne laissez personne vous dire cela ! Si vous manquiez de volonté, vous n’aurez pas lu ce message jusqu’au bout, vous ne serez pas tout le temps à la recherche de solution, à consulter tous ces professionnels que vous avez vu. Ce qui vous manque c’est de vous rattacher un levier suffisamment puissant pour vous, qui remue vos tripes ! Ça peut être une situation, une personne vivant ou non, un mentor, etc., et qui vous donnera la force de ne plus jamais baisser les bras et d’aller jusqu’au bout de la guérison parce que ce levier est trop important pour vous.
  1. Ne tombez pas dans la vision pessimiste que toute votre vie va être un combat jusqu'au bout. Je sais que c’est plus simple à dire qu’à faire. Mais je sais aussi qu’avec les bons outils vous pouvez transformer les moments les plus difficiles de votre vie en vos plus grandes forces pour transformer votre futur vers une vie qui est en accord avec qui vous êtes réellement au fond de vous.

Alors, gardez espoir, cherchez ce qui peut vous rendre inarrêtable et connectez-vous avec qui vous êtes réellement ! Et vous verrez que votre vie ne sera plus un champ de bataille <3.

Et si vous en avez marre de subir les effets du passé, que vous souhaitez avancer une bonne fois pour toutes en vous libérant de ces chaines qui vous empêchent de le faire... Que vous aimeriez être accompagnée pour y arriver... Vous pouvez prendre RDV avec mon équipe qui prendra le temps de comprendre votre situation et voir si je suis la bonne personne pour vous aider ! Cliquez ici pour prendre RDV avec mon équipe

Cliquez ici pour laisser un commentaire 0 Commentaires