3

Il n’y a pas d’obèses ! Ni ici, ni ailleurs !

J’espère avec cet article sensibiliser les personnes qui le lisent à veiller un peu plus sur leur langage. Aujourd’hui, l’article n’est pas dirigé qu’à mes lecteurs. J’espère sensibiliser aussi à les professionnels qui parlent d’obésité ou de maladie tout simplement, qu’ils soient médecins, journalistes ou autres…

Cette semaine, je vous ai expliqué pourquoi il ne faut pas vous coller une étiquette « surpoids » sur le front. Aujourd’hui, je vous explique pourquoi je n’utilise pas le terme “obèse” dans le contenu de mes articles.

Notre société est devenue cruelle par rapport à certains sujets et le poids n’est pas une exception ! Combien de fois nous entendons des blagues sur la morphologie des autres ?! Nous pouvons facilement identifier les idées reçues dans les journaux, les magazines, la télé, le net, le système de santé, l’école, au travail, les groupes d’amis, bref, partout ! La pression d’avoir un corps “parfait”, les challenges “ventre plat” ou tout simplement le langage utilisé ! Tout cela augmente la stigmatisation et la discrimination des personnes ayant un excès de poids.

Dans le monde anglophone, une grande vague d’actions s’est mise en place pour sensibiliser la société à utiliser ce qu’ils appellent le “People-First Language”. J’ai cherché si nous avions traduit ce terme en France, mais, malheureusement, je n’ai rien trouvé (si je me trompe, n’hésitez pas à me laisser un commentaire). La traduction directe serait quelque chose du genre “langage : personne en premier”.

AFIN DE VOUS AIDER PENDANT LA PERIODE DE CONFINEMENT :

Les inscriptions au programme Libre de Manger sont exceptionnellement ouvertes !

Un programme d'accompagnement pour vous aider à vous libérer de l'obsession et des compulsions alimentaires !


Note : 10% des ventes seront reversés à la recherche du vaccin / traitement du Coronavirus

Alors, c’est quoi le langage “personne en premier” ?

obese, stopauxetiquettes, discrimination, langage, maladie, obesite

Ce langage consiste à mettre en avant la personne au détriment de sa maladie. Ainsi, l’objectif est de diminuer (voir éliminer) le type de discours où nous collons une étiquette sur les personnes souffrant d’un problème de santé. Et donc, « la personne est en premier » dans le discours, et non pas la maladie. Ce concept existe depuis longtemps pour les maladies chroniques ou mentales. Par exemple, à la place de dire « les déprimés devrait faire plus d’exercice physique » ou devrions utiliser plutôt « les personnes ayant une dépression devrait faire plus d’exercice physique ». Si dans certains cas, nous ne voyons aucun mal à utiliser la maladie comme étiquette, dans d’autres, nous avons plus de mal à la tolérer. Imaginez, par exemple, quelqu’un dire :

La cancéreuse est fatiguée” plutôt que “la dame avec un cancer est fatiguée” !

L’étiquette “cancéreuse” peut en choquer plus d’un ! Certaines personnes peuvent même se sentir mal à l’aise rien que de lire l’exemple. Et dans cet exemple, il parait ÉVIDENT que nous ne devrions pas l’utiliser. C’est du bon sens me diriez-vous ! Mais alors, expliquez moi, pourquoi le ferions-nous avec “les obèses”, plutôt que “les personnes atteintes d’obésité” ?!

Ce qui m’agace le plus, c’est de voir les médias ne faire aucun effort pour diminuer ce type de stigmatisation (mais bon, le sujet peut être vaste, j’en parlerai dans un prochain article plus en détail).

Pire encore, c’est de voir des professionnels de santé ! Oui, des professionnels qui sont sensés être à notre écoute, pas à nous stigmatiser !

Quelques exemples :

Textes retirés de journaux connus en France:

media, obese, obesite                  

obese, media, obesite

 

obesite, media, obese           

 Texte retiré d’un site santé dédié à l’obésité

media, obese, obesite, professionnel


Mettre une étiquette est une façon de déshumaniser la personne de qui vous parlez. En utilisant les étiquettes, c’est comme si la personne passait à ÊTRE son propre problème de santé, plutôt que de VIVRE son problème !

 La discrimination et stigmatisation sont bien trop courantes et elles aussi ont un impact important sur la santé ! Quand je parle de santé, je ne parle pas que de santé physique, mais de santé mentale aussi. Personne ne choisit de vivre avoir une obésité…


Alors, la prochaine fois que vous voulez parler d’un “obèse”,

Rappelez-vous que vous parlez plutôt d’un humain,

d’une personne avec une d’obésité !

P.S. :  Si vous aussi, vous pensez qu’il faut changer le discours de la société et des médias, partager l’article sur le réseaux sociaux ! ;) 

Cliquez ici pour laisser un commentaire 3 Commentaires