La prise en charge de l’obésité

Obésité, parlons-en !

Cet article fait parti du dossier spécial : "Obésité, parlons-en !"

Prendre en charge son obésité est important pour réduire les risques de comorbidité (maladies associées à l'obésité - voir conséquences de l'obésité).

Le bilan initial :

Les mesures :

Dans le contexte médicale la première chose que le médecin fait est de calculer votre IMC et mesurer votre tour de taille.

AFIN DE VOUS AIDER PENDANT LA PERIODE DE CONFINEMENT :

Les inscriptions au programme Libre de Manger sont exceptionnellement ouvertes !

Un programme d'accompagnement pour vous aider à vous libérer de l'obsession et des compulsions alimentaires !


Note : 10% des ventes seront reversés à la recherche du vaccin / traitement du Coronavirus

Prise en charge de l'obesite

Je sais que cette procédure est difficile pour beaucoup d'entre vous, certains me disent même "Nan, mais il n'a pas besoin de me peser pour voir que je suis grosse !".

Si le médecin calcule votre IMC et mesure votre tour de taille, ce n'est ni parce que cela l'amuse, ni pour vous embêter ! Ces informations sont utiles pour garder l'information dans votre dossier et avoir un historique pour pouvoir suivre l'évolution (oui, il ne faut pas croire que le médecin se rappellera exactement de votre poids ou IMC dans 6 mois ou 1 an). Comme vous le savez, l'obésité augmente le risque de beaucoup de maladies et pathologies, c'est donc plus simple d'avoir un suivi et historique de votre IMC et poids.

La recherche des causes et des conséquences :

Il est aussi important que le médecin vous pose quelques questions sur l'historique de votre poids, surtout si c'est la première fois que vous le voyez ! Car il ne peut pas deviner en vous voyant, si la prise de poids a été progressive depuis plusieurs années ou si elle a été soudaine et inattendu. Comme vous l'imaginez, l'évaluation et le bilan ne seront pas pareils pour chacun de ces scénarios.

Le médecin va donc essayer de comprendre si votre prise de poids est dû à votre mode de vie. Il explorera si votre alimentation est adaptée (ou pas) à vos besoins, si vous êtes sédentaire, s'il y a une raison en particulier pour laquelle vous ne faites pas d'activité physique, l'arrêt du tabac, la consommation d'alcool, etc.

Il vous posera des questions sur des possibles maladies et sur les médicaments que vous prenez.

Puis bien sûr du côté psychologique, il voudra comprendre si vous des problèmes d'anxiété, dépression, des troubles du comportement alimentaire, si vous avez des problèmes familiaux ou professionnels, si vous êtes discriminé ou stigmatisé à cause de votre poids et l'impact que cela a sur vous (estime de soi, image corporelle, etc.).

Bref, il devra avoir une vision globale de votre vie pour mieux comprendre d'où vient potentiellement la prise de poids et vous aider à trouver des solutions (ou du moins prévenir) pour améliorer votre qualité de vie et votre état de santé.

Les conseils

Après l'évaluation et le bilan, votre médecin devra vous aider à prendre soin de votre santé.

Le premier point, évidemment, passe par le traitement des maladies liées à l'obésité. Puis, il vous donnera des informations de base sur l'importance de manger équilibrées et variées, ainsi que de l'activité physique.

Si au bout de plusieurs mois votre poids ce maintien ou s'aggrave, il est probable d'envisager une consultation vers d'autres professionnels spécialisés, notamment un médecin nutritionniste (et attention ! tous les nutritionnistes ne sont pas médecins!) ou un diététicien, un psychologue ou psychiatre, un kiné ou encore un enseignant en activité physique adaptée (APA).

Note sur la psychologie

Les techniques basées sur les thérapies cognitivo-comportementales ont fait preuve d'efficacité contrairement aux autres thérapies (notamment la psychanalyse, très fréquente en France). Ces preuves sont basées sur la recherche scientifique et est approuvé par des organismes comme la Haute Autorité de Santé. N'hésitez pas à demander au psychologue quel est le type d'approche qu'il utilise, avant de le consulter.

Après un suivi et une (vraie) tentative de changer vos habitudes, d'avoir vraiment tout essayé (et attention, je ne parle pas d'essayer tous les régimes ! je vous invite d'ailleurs à lire cet article), il est possible que votre médecin aborde le sujet de la chirurgie bariatrique si votre IMC est supérieur à 35 avec des comorbidités ou supérieur à 40.

Je profite pour souligner qu'il est vraiment important d'être sincère avec tous les professionnels que vous rencontrez. Je sais que ce n'est pas toujours facile de parler de votre poids, et que vous avez peut-être peur d'être encore une fois pointé du doigts. Essayez de demander autour de vos des contacts de professionnels sensible à la thématique. Car si vous essayer de cacher des informations par peur ou par honte, il sera difficile de vous aider à 100%. De plus, il faudra vraiment mettre en pratique les conseils avant d'envisager la chirurgie. En effet, elle doit être prise en compte en dernier recours, cela reste une intervention délicate à ne pas prendre à la légère. La chirurgie n'est pas non plus une solution miracle, si vous ne vous engagez pas vers un vrai changement, un vrai travail sur vous-même, vous avez de grands risques d'aller droit à l'échec, même avec la chirurgie ! Je ferais un dossier spécial chirurgie dans les mois à venir.

Les objectifs de la prise en charge de l'obésité :

  • Prise en charge des comorbidités ;
  • Le médecin vous recommandera de perdre entre 5 et 15% de votre poids ou au moins le maintenir.
  • Le médecin vous expliquera qu'il est essentiel de maintenir la perte de poids (d'où la non-recommandation de régime car avec un régime vous risquez de reprendre votre poids);

Autres notes importantes :

Pour terminer, j'aimerais citer quelques points importants des recommandations de la Haute Autorité de Santé (2011) :

"Il est recommandé que le médecin mette en garde les patients contre des régimes successifs à l’origine de fluctuations de poids qui peuvent être dangereuses pour la santé."

"Il est recommandé au médecin d’éviter tout discours culpabilisant qui ferait de la personne en excès pondéral la seule responsable de son poids."

" Il n'y a pas lieu d’inciter un patient en simple surpoids, stable et sans comorbidité associée à perdre du poids, mais il est important de prévenir une prise de poids supplémentaire. "

"Il n’y a pas lieu de conseiller les régimes très basses calories (moins de 1000 Kcal par jour) sauf cas exceptionnels. Ils doivent être supervisés par un médecin spécialisé en nutrition."

"Il n’y a pas lieu de faire maigrir systématiquement un sujet âgé ayant une obésité, mais il faut tenir compte du retentissement de l’excès de poids sur la qualité de vie."

Et je souligne particulièrement ce point :

"Il n’y a pas d’effet démontré de l’acupuncture, de l’acupression, des suppléments alimentaires, de l’homéopathie, de la thérapie par l’hypnose dans le traitement de l’excès de poids."

Cliquez ici pour laisser un commentaire 0 Commentaires