12

Comment arrêter de manger ses émotions : 5 conseils

Manger ses émotions, ça arrive à 100% des gens ! Eh oui, l'alimentation est un régulateur émotionnel par défaut, ce qui nous amène tous à tôt ou tard manger nos émotions. Néanmoins, pour certaines personnes, l'alimentation émotionnelle peut déclencher un cercle vicieux de mal-être car la nourriture devient au fil des années un refuge constant, comme un besoin irrépressible ou une béquille au quotidien pour faire face aux émotions et aux sensations désagréables ! Derrière, des conséquences importantes peuvent se présenter : manque de confiance, sentiment d'être nul, estime de soi dans les chaussettes, culpabilité, honte ou parfois même dégoût, gain de poids, etc.

Si vous vous demandez : "C'est quoi l'alimentation émotionnelle ?", je vous ai écrit un article de blog hyper complet sur le sujet.

Dans cet article, je vais plutôt me concentrer sur des conseils pratiques à mettre en place ou des questionnements qui peuvent vous aider à surmonter ce sentiment d'avoir tout le temps envie de manger vos émotions.

PROGRAMME GRATUIT

Vous pouvez accéder gratuitement au programme « 7 jours pour dire stop aux craquages et aux interdits ». Vous recevrez un e-mail par jour et vous pourrez comprendre pourquoi vous craquez, pourquoi vous avez ses envies émotionnelles et comment faire pour les gérer autrement qu’en mangeant. Vous pouvez y accéder en cliquant ici.

Alimentation emotionnelle - 7 jours pour dire stop aux craquages et aux interdits sur www.sandrafm.com


Comment savoir si on mange nos émotions ?

Quand on mange nos émotions, en général on a comme une envie de manger sans avoir faim ou encore une envie de manger compulsive. Souvent les personnes ont le sentiment de manger pour combler un vide ou compenser soit une émotion, soit une sensation particulière (manger par ennui, face au stress, par fatigue, quand on est joyeux, quand on se sent triste, seul, en colère, etc.).

Pourquoi je mange tout le temps sans avoir faim ?

Dans l'article sur l'alimentation émotionnelle, je réponds à cette question. Si parfois une émotion claire est présente quand on compense avec la nourriture, d'autres fois, ce n'est pas si simple ! Mais voyons tout de même ici les grandes lignes...

Une envie de manger sans avoir faim pour compenser quelque chose de plus profond :

En effet, parfois il peut s'agir d'une émotion refoulée qu'on ne veut pas voir et donc on vit un peu comme si elle n'existait pas. Nous n'avons donc pas forcément conscience de l'émotion. Sauf que votre corps lui, sait qu'elle est refoulée et va donc vous inciter à manger pour compenser vu que vous ne libérez pas cette émotion.

Parfois c'est difficile de savoir si on mange une émotion car il se peut que vous soyez en train de vivre une journée "normale" sans pour autant vivre une émotion négative (que je préfère appeler : émotion désagréable) ou positive (que j'appelle plutôt agréable) - voir ma vidéo sur le rôle des émotions. Si c'est votre cas, on va justement parler de comment identifier l'émotion plus bas dans les conseils de cet article ;)

Un petit livre à télécharger gratuitement :

Mais avant de commencer, sachez que vous pouvez télécharger gratuitement l'ebook "Comment se libérer de l'obsession et des compulsions alimentaires" afin de connaître les étapes essentielles pour y arriver.

Est-ce grave de manger ses émotions ?

Comme on a vu dans l'article complet sur l'alimentation émotionnelle, en soi ce n'est pas grave de manger ses émotions, c'est même naturel. Néanmoins, parfois manger ses émotions peut devenir problématique car manger devient une réponse automatique dès qu'on ne se sent pas bien face à une situation, une émotion, une sensation que nous percevons comme désagréable. Résultat : cela peut engendrer un grand mal-être, la personne finit par se dire qu'elle est condamnée à vivre comme cela, la confiance en soi et l'estime de soi chutent, le sentiment de culpabilité arrive et honte, dégoût peuvent pointer du nez. Et s’il y a un gain de poids associés aux prises alimentaires, c'est un cycle infernal qui se déclenche car en général les personnes qui prennent du poids sans que ce soit volontaire ne le vivent pas bien et vont prendre des décisions qui ne vont qu'empirer les compulsions alimentaires (et d'ailleurs la prise de poids) à l'avenir - voir le cycle infernal des régimes. Vous pourrez trouver plus de détails sur ce point dans l'article en cliquant ici.

Face aux émotions, pourquoi on succombe ? Comment on s'en sort ?

Il y a plusieurs facteurs qui nous amènent à compenser nos émotions avec la nourriture. D'un côté, des facteurs biologiques ! Eh oui, manger (surtout des aliments caloriques) va activer certaines hormones et neurotransmetteurs, comme la dopamine, la sérotonine, le cortisol, etc... Ce qui va répondre à un besoin psychologique : le besoin de se sentir bien ! (j'en parle dans l'article sur l'alimentation émotionnelle).

En effet, la nourriture va agir comme un anesthésiant sur l'émotion, comme si elle pouvait "geler" l'émotion pour faire en sorte que vous ne ressentiez plus l'émotion. Si cela vous arrive, continuez à lire car on va en parler dans les conseils plus bas ;)

4 étapes pour être Libre de Manger

Manger ses émotions : Une affaire de psychologie

La majorité des clientes que j'ai pu accompagner au long des dernières années, notamment via le programme Libre de Manger, ont testé des tas de techniques et méthodes avant de venir à moi. Et une des raisons principales pour lesquelles tout ce qu'elles ont testé n'a pas fonctionné, c'est parce qu'elles se focalisaient sur la nourriture en soi. Eh oui, dans la majorité des cas, derrière les compulsions se cachent des raisons bien plus profondes d'ordre psycho-émotionnel. Et donc, le simple fait de travailler uniquement sur la nourriture ou les habitudes alimentaires, serait la même chose que couper les mauvaises herbes plutôt que de les déraciner ! Donc, vous comprenez mieux pourquoi la majorité des patients sont en échec ! Si vous avez essayé des coupes-faim, des plans diététiques, de l'hypnose, etc et que cela n'a pas marché, c'est certainement parce que le problème de fond n'a pas été réglé ;)

Comme le dit la fameuse citation d' Albert Einstein : "La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent". Je vous laisse méditer là dessus ;)

Comment arrêter la nourriture émotionnelle, autrement dit, comment arrêter de manger ses émotions ? Que faire pour vous libérer de l'alimentation émotionnelle ? Comment ne plus compenser par la nourriture ?

Voilà plein de questions pour lesquelles vous cherchez des réponses ! On va vous donner des tas de conseils ci-dessous ! :)

Évidemment dans mes accompagnements, nous allons bien plus loin... Mais si vous appliquez ces conseils, vous aurez déjà de bonnes bases :)

5 solutions pour ne plus jamais dire : "je mange tout le temps mes émotions"

#1 Reprogrammer votre cerveau face à la nourriture et pas que !

Cette étape est tout un processus qui est fondamental pour se libérer de l'obsession et des compulsions alimentaires. D'ailleurs, c'est un travail qu'on fait tout au long de l'accompagnement du programme Libre de Manger pour permettre aux personnes de se libérer une bonne fois pour toutes !

Avec les années, vous avez répété certains schémas ou habitudes alimentaires et donc votre cerveau a vite compris que manger était assez simple à mettre en place pour activer sa "zone de plaisir" via le circuit de récompense neuronal. C'est pour cela que manger peut vite devenir un automatisme, surtout si vous êtes dans une phase où votre énergie n'est pas au top (vous comprenez maintenant pourquoi vous craquez plus le soir ;) ).

En plus de cela, vous avez appris des tas de règles alimentaires auxquelles vous croyez et donc en fonction de vos croyances votre cerveau s'adapte - Eh oui, votre cerveau est addict à la réalité que vous croyez ! Donc, si vous êtes persuadée que vous êtes addict à la nourriture, le cerveau fera tout pour vous prouver que vous avez raison ! Si vous vous forcez à vous dire que le chocolat c'est mal, mais qu'au fond de vous vous adorez ça, le cerveau connaît là deuxième partie, il va donc vous faire craquer si vous résistez ! Donc, vous voyez l'importance de vous autoriser à aller vers un changement pour reprogrammer votre cerveau face à la nourriture !

Je vous parle ici de la nourriture, mais en réalité il y a tout un travail à faire sur reprogrammer votre vision de vous-même et de la vie en général ! Si vous passez votre vie à vous dire que vous êtes une bonne à rien, c'est normal de déclencher des émotions désagréables et que le cerveau ait juste envie de - pour une fois - ressentir du plaisir !

Donc les grands aspects à améliorer pour reprogrammer votre cerveau : un changement profond de votre vision de vous-même, de la nourriture et de la vie !

#2 Identifier le vrai problème donc, le déclencheur qui vous amène à manger vos émotions :

La première chose à faire pour arrêter de manger ses émotions est d’identifier ce qui vous fait manger. Parfois, ce n'est pas simple de mettre des mots sur l'émotion en soi, si c'est votre cas, vous pouvez déjà réfléchir aux situations en soi qui vous font manger. Pouvoir avoir le contexte des compulsions est un premier pas, pour la suite.

C'est important de comprendre que manger vos émotions a été jusqu'à présent comme un mécanisme d'adaptation face à quelque chose qui est/était trop fort à vivre ou faire face. L'alimentation émotionnelle a été fonctionnelle pendant un temps, comme une béquille pour vous aider à surmonter ce que vous ressentez consciemment ou inconsciemment.

Cet exercice vous aidera à identifier les situations où vous mangez émotionnellement. Observer tout ce qu'il y a autour de l'événement sera important : à quel moment avez-vous mangé ? En semaine ou en weekend ? Que s'est-il passé ? Que mangez-vous pour répondre à ces émotions ? Quelles émotions vous font craquer ? Quel besoin se cachait derrière ? Qu'est-ce qui est important pour vous dans ces situations ? etc. Un travail d'analyse qu'on fait très souvent avec nos clientes Libre de Manger pour pouvoir les amener pas à pas vers la liberté de manger de tout sans se prendre la tête, mais surtout se libérer de l'obsession et des compulsions alimentaires.

#3 Apprendre à écouter son corps, une clé importante pour se libérer d'un rapport complexe avec la nourriture

Dans la vie de tous les jours et surtout dans les pays occidentaux, nous pouvons vite être coupés de notre corps. Le rythme de folie qu'on peut vivre ou même le manque d'éducation émotionnelle ne facilite pas les choses. Pensons aux phrases qu'on entend tous les jours : "Si tu arrêtes de pleurer, je te donne un bonbon": on explique à l'enfant que ce n'est pas bien de pleurer et qu'il vaut mieux se couper de l'émotion qu'il ressent. Ou encore : "Finis ton assiette, gâcher de la nourriture c'est pas bien", on montre à l'enfant que même s'il a atteint la satiété, "on s'en fiche", il ne doit pas écouter son corps mais répondre à une norme sociale ou familiale. Et donc, l'enfant petit à petit se coupe de ce qu'il ressent car "ce n'est pas bien".

Ce que j'ai pu observer en accompagnant mes clientes Libre de Manger c’est que, quand on mange ses émotions, très souvent on est déboussolé face aux sensations alimentaires que notre corps nous envoie. Souvent, cela fait tellement longtemps qu'on ne les écoute plus trop, qu'on ne sait plus ce qu'est la faim, la satiété ou le rassasiement. Ou encore, on peut confondre faim et envie de manger (classiquement, quand les personnes disent : "moi j'ai tout le temps faim", d'où l'importance de se connecter à la faim "réelle" qu'on appelle faim biologique).

La bonne nouvelle, c'est qu'on peut se reconnecter à son corps à tout âge ! La première chose à faire : s'observer ! Observer vos ressentis sans jugement. Être dans l'accueil de ce que vous vivez ou pas à l'intérieur de votre corps. Cela demande de se libérer du perfectionnisme ou des règles mentales du type : je devrais sentir ceci, c'est censé être comme cela, etc. En effet, quand on est attaché à certaines règles externes on se coupe de notre ressenti... Osez lâcher :)

#4 Gérer ses émotions : Mieux vaut vivre ses émotions en apprenant à les accueillir et à les accepter

Avant même de parler de cela, je précise ici à nouveau que l'idée n'est pas de "gérer ses émotions" mais d'apprendre à les vivre pleinement ;) Ceci étant dit, revenons au sujet...

Si cela fait longtemps que vous avez une alimentation émotionnelle, alors votre corps ne sait plus comment faire autrement. Pensez à l’exemple des chaussures serrées, si vous n’avez pas le choix, au fil de la journée votre pied va s’habituer à marcher avec ces chaussures, après plusieurs heures, vous ne sentez plus le déconfort. Il sera même possible que vous ne vous rappeliez plus le plaisir de marcher avec des chaussures plus confortables. Si pour les pieds, nous pouvons nous dire que ce n’est pas très grave, pour l’alimentation émotionnelle, nous ne pouvons pas en dire autant.

En effet, la plupart du temps, pour répondre à une émotion, le corps demande des aliments à haute densité calorique, j'en parle dans cette vidéo sur les craquages. Cela augmente la probabilité de prise de poids, puis sur le long terme, de potentiels problèmes de santé physique et mentale.

Donc, une fois que vous savez quelles émotions vous font manger, il est important de prendre le temps de les accueillir et de les accepter. C’est-à-dire, vous ne devez pas essayer de gérer vos émotions, mais plutôt les vivre !

Oui, je sais, c’est une étape qui n'est pas simple. Mais vous verrez avec le temps, qu'au fur et à mesure que vous apprendrez à vivre vos émotions, vous retrouverez une meilleure santé globale. Car 1) fuir ses émotions augmentera non seulement l’intensité, mais aussi la fréquence où elles apparaîtront et 2) Les émotions enfouies déclencheront soit des comportements compensatoires (comme les compulsions alimentaires, d'achat, sport à outrance, alcool, etc.), soit elles se manifesteront dans le corps en provoquant des douleurs et/ou maladies.

Aujourd'hui, quand vous mangez vos émotions, la nourriture vous permet d'oublier votre émotion, c’est comme si cela était une échappatoire, un anesthésiant. A force de vous autoriser à vivre pleinement l'émotion, vous finirez par diminuer l’intensité naturellement.

Je laisse ici un petit défi : La prochaine fois que vous êtes sur le point d’avoir un épisode d’ingestion émotionnelle, je vous défie de rester tranquille et d’éviter toute distraction ! Concentrez-vous sur cette émotion et sur l'instant présent. Commencez par 5 minutes, puis 10, 15, augmentez progressivement. Vous apprendrez à la tolérer et du coup, à mieux l'accepter.

Atelier s'arrêter à la deuxième bouchée - sandra fm

NOTE : Je sais que cet exercice n'est pas toujours viable émotionnellement, surtout si l'envie de manger est irrépressible.

Dans ce cas, on s'entraîne à manger autrement comme on le fait dans l'atelier : s'arrêter à la deuxième bouchée ! ;)

#5 Nourrir sa vie autrement qu'en mangeant afin de retrouver un équilibre pour ne plus avoir à compenser

Au quotidien nous vivons des émotions qui sont en lien avec différentes situations ou évènements de notre vie. Trop souvent, nous sommes tellement dans notre train-train du quotidien, qu'on oublie de nourrir sa vie pleinement avec ce qui est important pour soi. C'est d'ailleurs parce qu'on est dans ce train-train que souvent on est déconnecté de notre corps et on peut vivre avec des frustrations enfouies (situation de couple qui ne nous convient pas, un job qu'on n'aime pas, ne pas se sentir à la hauteur, ne pas oser faire quelque chose, etc.). Aujourd'hui, votre corps s’est habitué à manger pour faire face à l’émotion, c'est facile et efficace pour diminuer la frustration ou l'émotion initiale.

Mais en réalité, le jour où vous allez oser vivre pleinement votre vie et vous libérer de tous les blocages qui vous empêchent d'avancer, comme on le fait dans le bootcamp, vous verrez que vous vous sentirez tellement comblé que les émotions ne vous feront plus manger à outrance (hors périodes extraordinaires, comme tout le monde !).

Mais attention : le but n'est pas de fuir l'émotion en faisant une autre activité ! Donc, prendre un bain, faire du sport, méditer certes, cela vous fait du bien, mais ce n'est pas de cela qu'on parle ici !

Cela demande également de vivre en accord avec ce qui est important pour soi ! Vous n'imaginez pas combien de fois j'ai entendu des femmes me dire "J'ai tout pour être heureuse, mais je ressens comme un vide que je remplis en mangeant" ! Du coup, apprenez à identifier les envies de manger et à combler ce vide intérieur, autrement qu’en mangeant ! C'est d'ailleurs ce que l'on travaille avec mes clientes que ce soit dans le programme Libre de Manger ou mes accompagnements en présentiel.

Conseil BONUS : Ne plus se donner d’excuses !

Combien de fois j’ai entendu "ce n’est pas le bon moment" ?! Arrêtez-vous et demandez-vous s'il y aura vraiment “un moment" où vous pourrez vous occuper de vous tranquillement ? Dans la vie, il y a toujours des situations pour nous éloigner de notre bien-être : le bac, la fac, le travail, la préparation du mariage, les enfants, un divorce, bref ! C'est une histoire sans fin...

La vie est incroyablement pleine de distractions, priorités, urgences, mauvais et bons moments ! C’est comme cela !

Alors prenez le temps pour vous ! Soyez votre propre priorité !

Et si à ce stade vous vous dites : "Moi, c'est différent", ou "moi je n'y arriverais jamais"... en réalité, j'aime beaucoup la citation de Henry Ford : « Que vous pensiez être capable ou ne pas être capable, dans les deux cas, vous avez raison ». Et oui, je vous le disais plus haut : "Votre cerveau est addict à la réalité que vous vous créez".

Alors ma question : Voulez-vous donner raison à cette croyance et continuer à souffrir avec la nourriture (qui pour rappel est inévitable au quotidien) ou voulez-vous dire STOP en osant le changement ?

Si la réponse se tourne vers la deuxième option, alors, osez lui prouver qu'il a tort et osez vivre pleinement votre vie pour la nourrir autrement qu'en mangeant, afin d'être Libre de Manger :)

Et si vous souhaitez être accompagné, vous pouvez me rejoindre dans le programme Libre de Manger en cliquant ici.

Cliquez ici pour laisser un commentaire 12 Commentaires